Lüderitz, ville du bout du monde au bord de l’Atlantique

Bingo, deuxième pneu crevé, crevaison lente cette fois !!! Du coup, nous enfilons les kilomètres jusqu’à Lüderitz (330km) où se trouve le prochain garage. Pour ne pas se réveiller avec encore un pneu à plat, nous préférons carrément dormir devant le garage. Nous n’étions pas levés que les mécanos étaient déjà sur le camion !!!

La route pour venir à Lüderitz est juste démente. Après une pause casse-croûte à Aus, et regonflage des pneus (!!), puis un petit stop pour voir les chevaux sauvages du Namib à Garub Pan ;

Nous entamons la longue bande d’asphalte qui ne semble jamais finir, où le vent souffle le sable dessus et nous apercevons quelques dunes du désert du Namib non loin. Il y a une voie ferrée qui suit la route, elle nous semble en bon état (elle a été refaite et sera vraisemblablement mise en service l’année prochaine) mais est fortement ensablée pour moment. Même la route est parfois coupée à cause des barkanes (dunes mouvantes). En 1908, la ville s’est développée (ainsi que Kolmanskop 10 km avant Lüderitz)  lorsqu’un ouvrier a trouvé un diamant lors de la construction de cette fameuse voie ferrée. La fièvre du diamant a connu son âge d’or et a très rapidement abouti à la création par la Compagnie des Mines, de la zone interdite allant de Lüderitz à l’embouchure du fleuve Orange avec une zone de sécurité de 100km à l’intérieur des terres. Cette zone est toujours effective aujourd’hui même si elle s’ouvre peu à peu au tourisme ; elle s’étend de part et d’autre de la route que nous avons prise. La ville prospère tout de même aujourd’hui avec les diamants et surtout la pêche. Nous y avons d’ailleurs mangé de délicieuses écrevisses.

Nous avons visité la péninsule et dormi à Griffith Bay. Le matin, nous avons pu assisté au spectacle de la vie sauvage d’un beau chacal à flanc rayé en train de manger un springbok…. Je l’ai aperçu en faisant la vaisselle de la porte ouverte du camion !!

La visite de Kolmanskop, ville fantôme occupée par les magnats allemands de la Compagnie des Mines, de 1908 à 1956, est assez originale. La ville était équipée de tous les services de l’époque, il y avait un taxi ­– train ; les maisons avaient l’électricité, l’eau était amenée par bateau de Cape town. Les 400 habitants s’y amusaient bien avec un bowling, un casino et un théâtre avec des troupes venues d’Europe pour se produire là.

Aujourd’hui, les lieux ont été dépouillé de leurs diamants mais Lüderitz possède encore quelques trésors, les agates ; nous en avons trouvé à Agate beach où nous avons également bivouaqué. Il y en a des toutes les tailles ; les enfants se sont même spécialisés dans la recherche d’agates microscopiques.

Ils en ont même trouvé dans le square du front de mer !! Noé les a étudié au microscope avec son père, et a créé pour l’occasion un article dans le « Coin des Enfants » (sur le blog).

Nous avons aussi vu avec le garage pour changer les goujons des roues avant, nous ne savons pas encore combien de temps nous allons devoir rester, mais nous disposons du minimum vital !!! Il y a un bar restaurant avec les bières et les hamburgers pas cher, un super wifi, des toilettes et même des douches (très propres) !!

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s