En hiver dans le désert du Soudan

Après l’Ethiopie, nous redescendons vers la chaleur et le désert au Soudan. Nous y retrouvons de grands espaces vierges, et par la même occasion, de magnifiques bivouacs sauvages. Nous n’avons qu’un visa de transit de 15 jours. Nous filons donc à Khartoum chez Norbert, se poser deux jours. Il fait encore très chaud dans les 45 degrès. Ici nous pouvons battre nos records de vitesse sur route, alors pas besoin d’extension de visa !!! Nous nous baladons un peu en ville et faisons un tour sur le Nil en bateau, histoire de voir la convergence des deux rivières Nil Bleu (venant d’Ethiopie au lac Tana) et Nil blanc venu du Kenya (lac Victoria). Dire que les explorateurs européens se sont acharnés à trouver la source du Nil pendant des années !! Nous profitons aussi de la piscine et du « tout-inclus » (repas, lessive, piscine, douches)

Puis nous repartons à travers le désert pour une petite journée de route à Méroé. La lumière en fin de journée est magique. Cité antique royale, dernières pyramides construites en Afrique il y a 2000 ans, ces monuments usés par le vent et le sable restent pour nous majestueux. Pillées au fil des siècles, même dès la fin de l’Antiquité, ils recelaient des trésors. Ici gisaient les derniers rois et reines de la civilisation nubienne, du pays de Koush, avec leurs serviteurs et leurs trésors (or, ivoire, pierres précieuses…).  Les tombeaux sont souterrains, les pyramides elles-mêmes n’étant remplies que de remblais. Ces royaumes millénaires ont mêlés différentes cultures (égyptienne, perse, grecque, romaine …). Ils étaient à la fois rivaux et partenaires de la grande Egypte et l’ont même dominée sous le règne du pharaon noir Taharqa.

Le lendemain nous visitons la cité royale dont il ne reste plus grand-chose, le long du Nil fertile. Méroé était d’ailleurs à l’époque une oasis de verdure où de nombreux paysans cultivaient leurs champs autour de la cité et de la nécropole. Le seul vestige encore visible sont les bains royaux, dont Hérodote pensait que l’eau de jouvence assurait la longévité hors norme du peuple méroitique. Les archéologues ont encore beaucoup de travail au Soudan, les fouilles s’effectuent sur les différents sites, mais seulement durant les mois d’hiver. Là, en novembre, il fait facilement encore 40 degrés mais en été c’est plus de 50 degrés… Surement encore plus chaud que la Namibie !!! Nous tombons donc sur des fouilles qui bloquent l’accès aux bains royaux. Tant pis, c’est chouette de voir que les recherches continuent. Si vous voulez en savoir plus sur cette civilisation antique méconnue, regardez Ushuaia Nature, il y a un épisode sur le Soudan « Au pays des pharaons noirs ». Pour les « nostalgiques » de l’ancien Nicolas Hulot !! Comme il dit si bien à la fin, l’homme prête beaucoup d’attention à son passé, mais si peu à son avenir ….

Nous poursuivons la visite vers Karima, aux pyramides de Nuri et au Djebel Barkal. Nous avons beaucoup aimé ce lieu, sans doute notre préféré au Soudan. Nous avons été au sommet voir la vue et à la descente, Mohamed est venu nous trouver.

Nous avons payé ce que nous estimons juste pour les sites archéologiques (200 à 300 pounds soudanais), car ils demandent toujours 10 dollards US par adulte car c’est un nouveau décret du Ministère du Tourisme. Mais c’est ridicule, déjà qu’il n’y a pas grand monde, si c’est aussi cher personne ne viendra …. Surtout que les guides ne parlent qu’en arabe !!!! avec trois mots d’anglais ! Chouia chouia quoi !! Bon bref du coup, Mohammed est bien tombé car il nous a ouvert le temple de Mout où nous avons pu voir des très belles peintures, et il nous a emmené visiter El Kurru, un autre site incroyable à quelques kilomètres !!! Même le désert autour est magnifique.

Grâce à lui, nous avons aussi été voir le petit musée où les archéologues déposent les plus grosses pièces des fouilles actuelles (Lions notamment). Nous avons encore rencontré une équipe de fouilles de l’université de Venise.  Mohammed nous a aussi convié pour manger le midi, le matin et le soir. On s’est régalé avec le foul (plat de lentilles, fèves et haricots rouges avec du pain et des œufs durs) et thé.

L’expérience Soudan c’est donc ça : des pyramides, des grands espaces désertiques , des dromadaires et des gens adorables. ET des routes parfaites !!!!!

Nous y avons profiter de magnifiques bivouacs en plein désert et pourtant non loin de la route. Le dernier jour, le vent s’est levé, soulevant le sable et faisant chuter les températures drastiquement. Maintenant nettement plus au nord, les températures ont chuté dans les 20 degrés. Nous avons opté pour la toute nouvelle frontière de la rive opposée du Nil par rapport à Wadi Alfa, à Argeen pour rejoindre l’Egypte. C’est là que transitent tous les camions transportant les dromadaires pour les marchés égyptiens. Quel trafic !

 

Le nord éthiopien : la région amhara

A Débré Libanos, nous nous arrêtons faire une balade dans la nature qui nous a manqué pendant notre séjour à Addis. Nous croisons des babouins géladas dans un superbe paysage de canyon. Le lendemain, nous passons les gorges du Nil (1200 m de dénivelé) la route a été refaite, elle est OK. Mais nous avons une pensée pour Dorothée, avec son chargement de 50 kg sur le vélo et un relief pareil !!! Il faut être bien accrochée à la selle !!

Toujours des champs cultivés partout en terrasses, surtout du tef, mais aussi du blé, du mais, du sorgho… Nous bivouaquons non loin de Dejen, en bord de route et nous discutons avec deux jeunes qui parlent anglais et qui travaillent à la station de pompage à côté, il viennent à la nuit tombée nous porter du maïs grillé. Nous n’avons vraiment pas de souci avec la population en Ethiopie.

Sur la route vers Bahir Dar, nous faisons une halte pour faire le tour d’un lac dans un ancien cratère avec pleins de singes vervets et de colombus noirs et blancs.

Puis nos visites se poursuivent en bateau avec les monastères du Lac Tana et la source du Nil bleu. Ces églises rondes du XIV ème siècle sont incroyables avec leurs fresques murales immenses, qui racontent les épisodes de la Bible.

Puis nous rejoignons un mini bus avec d’autres touristes qui nous emmènent aux Chutes du Nil Bleu à 30 km de piste de Bahir Dar. Nous nous retrouvons avec quelques enfants un peu collants à la fin de la balade, mais cette fin de journée est magnifique. Nous traversons un pont ancien en pierre puis un autre pont suspendu.

Ensuite encore de belles choses à voir et une belle ville à visiter : Gondar, cité historique, capitale des souverains d’Ethiopie au XVI et XVII ème siècle et notamment le plus célèbre le roi Fasiladas avec ses bains dans lesquels tous les ans, les éthiopiens font une grande fête religieuse pour l’Epiphanie (Fête de Timkat). A noter que leur calendrier ( 7 années de décalage) ainsi que l’heure n’est pas la même qu’en Europe. Ces rois et reines vivaient dans un faste incroyable et échangeaient beaucoup avec les autres royaumes, en Europe et ailleurs.

Nous passons une agréable soirée avec deux français rencontrés chez Yohannès, au restaurant Four Sister où nous assistons à un anniversaire. Yohannès a une pension sur les hauteurs de Gondar. Nous profitons d’y aller gratuitement, le camion garé sur un parking non loin de là. C’est super de visiter une ville comme Gondar en Afrique. Depuis le début du périple, nous n’avions pratiquement pas vu de vestiges historiques bâtis !!!

En fait on a adoré l’Ethiopie pour ses monuments, ses églises, sa culture, la convivialité autour du café (tout un cérémonial) et ses villes et ses campagnes. Sa gastronomie est pas mal aussi mais un peu forte pour nos estomacs sensibles. Même l’artisanat est superbe ( nous avions aussi beaucoup aimé celui des Masai, au Kenya). Bref un pays haut en couleurs. Et encore on n’a rien vu comparé à ce que ce pays a à offrir. Avant de quitter Gondar pour monter dans les hauts plateaux et redescendre vers le Soudan, nous avons visité une coopérative de réinsertion pour femmes basé sur l’artisanat, au village des juifs d’Ethiopie, les Falashas. Nous avons aussi visité Kuskouam, la résidence de l’impératrice Mintwab (XVII ème siècle) et à nouveau recroisé les allemands que nous avions rencontré à Bahir Dar.

Notre dernier bivouac en Ethiopie, à 10 km de la frontière soudanaise, se fera sur une piste de passage des troupeaux !!! Et on se pousse car les zébus ont des grandes cornes !!!

 

Addis et ses musées

Arrivés à Addis Abeba, nous retrouvons Dorothée à la Baro Pension, dans le quartier Piazza. Deux ans qu’elle parcourt l’Afrique à vélo, femme cycliste seule ayant parcouru différents continents, et elle affirme ne s’être jamais senti en danger sur ce continent. C’est dire les préjugés que l’on a vis-à-vis de ce continent. C’est dire aussi la force de caractère qu’elle a !!! Bref, c’est avec plaisir que nous avons fait nos démarches de visas ensemble, et cela commence par squatter une matinée à l’ambassade d’Egypte où nous rencontrons Hamza, français d’origine algérienne et grand voyageur lui aussi. Dorothée y fait le pied de grue depuis mercredi dernier et nous sommes lundi. Nous avons plus de chance, nous voyons le consul le jour même (par hasard car nous n’avons pas rendez-vous, et c’est de toute façon difficile d’en obtenir un ), nous obtiendrons les visas le vendredi suivant et celui du Soudan le mardi suivant. D’ici là, nous profitons de notre pause pour visiter quelques musées de la capitale. Nous avons visité le musée ethnologique avec les appartements d’Hailé Sélassié et de son épouse. Puis nous finissons la journée à l’Alliance Française toute proche.

Le lendemain, on enchaîne avec le musée National et son département consacré à la préhistoire, et en particulier aux origines de l’humanité. Berceau de l’espèce humaine, l’Afrique a vu naître les premiers australopithèques bipèdes comme Toumai ( 7M d’années), Lucy  (3, 4 M) et Selam (3,5M d’années). Bref nous avons fait de belles découvertes et sommes remontés loin dans le temps.

Nous avons décidé le lendemain d’aller visiter le Mercato, grand marché à ciel ouvert. Hamza nous a accompagné pour une après- midi haute en couleurs ! Nous avons visité un antiquaire, joué au ballon avec des garçons dans la rue, arpenté les ruelles des artisans, ferronniers, vendeurs de café et d’épices. Le café est né ici en Ethiopie.  Nous avons aussi goûté à une spécialité, un genre de fromage mais les femmes qui le vendaient ne parlaient pas anglais. Nous n’en saurons pas plus. Hamza qui parle arabe essaie de baragouiner en amharique mais c’est pas toujours concluant !! Les deux langues ont quelques points communs, mais aussi beaucoup de différences !

Le soir, nous sommes allés voir un spectacle de danse à l’Alliance Française. Deux compagnies éthiopiennes, une ougandaise et une slovaque. Nous nous sommes rendu compte que les Ethiopiens sont assez fêtards et surtout ils adorent les danses. Ils ont encore beaucoup de danses traditionnelles pratiquées régulièrement à toutes les occasions. Nous avons aussi profité des cafés et des restaurants d’Addis, notamment un petit café français, le Louvre avec Cédric que nous avions rencontré à Tiwi beach au Kenya. Sam et Cédric en ont profité pour manger une salade du Périgord, avec gésiers et foie gras. Mais notre QG est devenu le café Qawa, avec un smoothie graines de lin bananes trop bon et pleins de spécialités.

Le temps que l’on a passé garé à la pension a aussi permis de réparer les rotules de direction du camion. Nous sommes aussi allés visiter la cathédrale de la Sainte Trinité où ont été placé les tombeaux d’Hailé Sélassié et de sa femme. Les travaux de cette cathédrale ont débuté avant la Seconde Guerre Mondiale, ont été stoppé pendant l’occupation italienne et ont repris après. Elle est donc dédié aux héros de la Libération. Une église plus traditionnelle (ronde) et plus ancienne se situe sur le même site, de l’époque de l’Empereur Ménélik II (1890).

Addis est donc une capitale originale dotée d’un métro ultra moderne et d’anciens monuments où l’on reconnait aussi le style architecturale de la période communiste. C’est aussi un peu la Bruxelles africaine où l’on retrouve de nombreuses instances diplomatiques, notamment le siège de l’union africaine. Elle attire malheureusement de plus en plus de gens des campagne qui viennent pour mendier dans la rue… Malgré cela, nous avons trouvé cette ville agréable et sûre avec une vie culturelle intéressante. Nous avons aussi profité de vérifier au laboratoire si Victor s’est bien débarrassé de sa bilharziose et c’est OK ! Par contre, je me suis payée pour le dernier soir une bonne intoxication alimentaire, j’ai mis deux jours à m’en remettre !!! Une nuit de vomi puis une journée de repos suite à un malaise (chute de tension) et j’étais sur pied pour reprendre la route ….