Kalaghadi transfontier park

Nous avons fini par quitter Lüderitz après une dernière soirée à notre QG (le bar sur le front de mer !!) avec le couple d’allemands, voyageurs au long cours, Klaus et Tina, que nous avions croisé au Cap ; Eux aussi ont des problèmes de roues à régler ; et tous les garagistes de Lüderitz ( !!).!! Nous avons remarqué depuis que les gens ont facilement deux voire trois roues de secours pour parcourir les pistes de Namibie !! Chaque village comprend un garage accoutumé à réparer, à remettre des boulons etc. Nous avons donc passé la soirée à regarder Bayern Munich- Real Madrid en mangeant du kingklip, un délicieux poisson péché sur place. Nous ne pouvions d’ailleurs pas partir sans passer à la poissonnerie. Mais pour ce qui est des langoustes, qui est une spécialité de la ville, nous avons pu compter sur Heinz qui, après nous avoir raconté ses séances de pêche miraculeuse, nous en a offert 6 grosses. Un vrai délice !!!!

La route est entièrement goudronnée jusqu’à Keetmanshop, donc nous avons pu tracer avec juste un bivouac à proximité de Goageb . Dany et Hervé nous ont rejoint en ce vendredi saint pour aller ensemble au parc du Khalagadi. Ce parc est situé en Afrique du Sud et s’étend aussi au Botswana, où se trouve l’ensemble du désert du Khalahari proprement dit.

Après deux bivouacs (et une petite crevaison, bizutage pour nos nouveaux compagnons de route qui voyagent depuis 4 ans en land rover defender 130…) ; la recherche des œufs de Pâques et quelques pistes très roulantes, nous avons passé la frontière à Mata-Mata tôt le matin pour passer notre première journée dans le parc. Peu après, nous sommes tombés sur un spectacle complètement magique. Un guépard auprès d’un cadavre de springbok, à l’ombre , tout près de la piste, en train d’appeler ses petits pour qu’ils viennent manger. Nous les avons vu arriver, tout maigres, et à la fin du repas, repus , ventres tout ballonnés, en train de se lécher mutuellement pour la toilette. Assez importunés par les voitures amoncelées sur la piste pour les admirer, nos 5 amis ont vu une petite antilope au loin et ont assez mollement tenté de l’attraper. Cette scène de chasse a été le clou du spectacle. Comme dans les documentaires télé !

Le lendemain, après une nuit à Twee Rivieren, nous avons pu admirer un caracal, superbe lynx africain. Nous sommes aussi tombés sur une famille de chouettes dans un des immenses nids de tisserins. Ces nids peuvent abriter 200 oiseaux et durer près de un siècle !!! le long de la piste, nous avons admiré le village des suricates. Avec les écureuils des sables, ils creusent des galeries à longueur de temps.

De nombreux animaux peuplent ce parc aux dimensions impressionnantes dont les dunes rouges sont recouvertes d’herbes assez hautes, milieu privilégié des troupeaux d’oréotragues (oryx), de springboks et de gnous. Pour pouvoir voir les lions, nous avons tentés de rester un jour de plus. Nous sommes arrivés trop tard pour passer la frontière au camping de Mata-Mata et la dame a accepté (avait-elle le choix ?!) de nous laisser nous installer sur un emplacement libre ( tous les emplacements étaient soi-disant pleins, nous avions pu réserver seulement une nuit à Twee rivieren ). Nous avons décidé de partir tôt à l’ouverture pour aller au point d’eau où les lions ont été aperçus dernièrement. Juste en arrivant, après avoir croisé un troupeau de girafes avec les girafons, la lionne et ses lionceaux étaient encore en vue, c’était fantastique. Nous étions tous les 6 dans le camion pour y prendre le petit – déjeuner.

De retour au camping vers 12h30, j’ai mis à profit le four (grâce à l’électricité sur l’emplacement) pour faire un gratin, un cake aux poires et nous avons ensuite repassé la frontière qui fermait à 16H, repris notre bivouac et mangé pleins de bonnes crêpes. Nous n’avons pas été déçu de notre visite dans ce parc, qui méritait bien de traverser la Namibie dans toute sa largeur pour s’y rendre.

Le Cederberg, Monts aux cedres

Direction le camping d’Algeria dans le Cederberg, après un beau bivouac sur le col au-dessus de Citrusdal (le pays des agrumes). Les couchers de soleil ici sont splendides.

Avec sa piscine dans une petite rivière, sa pelouse verte, ses balançoires, il nous a bien attiré surtout que nous avions besoin d’herbe pour sortir les matelas et tout aérer et nettoyer car je me suis fait piquée depuis trois nuits par un insecte dans le lit …. J’ai des piqûres partout même sous les pieds. Génial ! Vive le vinaigre !! je m’en passe dès que ça gratte … frotter de l’oignon aussi…

Nous y avons croisé un gros babouin coquin et un serpent cobra (pas vu mais présent dans un des murets) et vu un peu le Cederberg par la piste qui y mène et la balade au-dessus du camping. De Clanwilliam, nous rejoignons ensuite Rockland, un site d’escalade de bloc (le second plus grand site au monde après Fontainebleau !!!??! on est un peu chauvin quand même…) Garés sur le parking du Col de Pakhuis, nous y croisons pleins de grimpeurs, qui passent parfois deux ou trois mois ici par an !!!! ????!!!

Sam se fend de quelques passages (en baskets) en profitant de leur crash pad !!! Les blocs sont éparpillés sur des kilomètres carrés, il y en a de partout et des voies aussi sont équipées. Un site qui mérite sa renommée, les blocs sont magnifiques ocres, rouges, gris, jaunes… L’escalade y est très physique mais il y en a pour tous les niveaux.

Un site qui a attiré les premiers hommes aussi car il y a de nombreuses gravures rupestres dans le coin. Le sentier du Sevilla rock art vaut le détour ; Dominique et Jean-Luc nous en avait parlé et ça a été une superbe balade avec des peintures San ou Khoisan, datant de 6000 à 600 ans.D’ailleurs, on a rencontré un gars, fan de généalogie lointaine qui tient un site sur les premiers hommes : http://www.mosselbayman.co.za. En cette saison, tout est très sec et donc très aride, il n’y a pas de fleurs. Contrairement au printemps (notre automne en France) où les montagnes du Cederberg ( Monts aux cèdres , ravagés par les incendies il n’en reste presqu’aucun) et surtout du Namaqualand se couvrent de fleurs de toutes les couleurs. Les champs d’agrumes sont arrosés grâce à plusieurs retenues d’eau, dans certaines on peut se baigner.

Au retour, mauvaise surprise, un pneu est crevé. Le gars de la ferme – guest house du début du sentier nous regonfle le pneu pour nous permettre de rejoindre un garage à Clanwilliam. Là, la valve du pneu est réparée rapidement, elle fuyait, ce n’était pas une crevaison !! Et nous restons la fin de l’après- midi à recharger les batteries (100 rands) plutôt que d’acheter un chargeur (1000 rands, 70 €) qui ne nous aurait servi qu’une seule fois….Nous retournons dans un salon de thé déguster un roiibos du bush avec un délicieux cupcake au chocolat …. Nous y découvrons d’ailleurs plein de tisanes locales. Maintenant, nous n’allons plus trainer car nous devons rejoindre Clément en Namibie à la fin de la semaine !

Nous allons donc quitter l’Afrique du Sud, premier pays africain sur notre route durant ces 15 mois. Nous n’avons pas été déçus et le recommandons chaudement. Nous n’y avons eu que des bonnes surprises, avec l’impression parfois d’être dans une sorte de paradis terrestre tant les paysages sont époustouflants, tranquilles et sauvages. C’est exactement ce que nous recherchions !! L’histoire mouvementée, violente et récente marque le pays, mais sa population noire et blanche, est accueillante, chaleureuse, et les jeunes amènent le pays vers une belle mixité et une ouverture des cultures. Nous n’avons fait qu’une petite partie de ce grand pays mais en avons déjà eu un bel aperçu et avons commencé à bien nous y habituer !!!! La Namibie est très différente géographiquement parlant mais n’est indépendante de l’Afrique du Sud que depuis 1990, c’est une peu sa petite sœur, donc nous allons y garder quelques repères sans doute.

Le parc aux fossiles

Un site incroyable qui regroupe des fossiles vieux de 5 millions d’années, bientôt classé au patrimoine mondial de l’humanité (UNESCO). C’est un endroit où les animaux ont été submergés par une grosse inondation, ce qui a créé une immense fosse dans le lit de la rivière, puis d’autres animaux y sont venus pour manger les cadavres, du coup on y retrouve une concentration énorme. Notre guide nous a fait une super visite, les informations étaient très intéressantes. Il y avait une tente de fouilles avec des os d’animaux fossiles comme les girafes au cou court (ancêtres de l’okapi, qui vit toujours en Afrique), les mammouths africains, des ours africains, les tigres à dent de sabre, les rhinocéros et hippopotames préhistoriques…. Il y reste encore des mandibules avec les dents !!! C’est fou. Nous avons aussi vu le « laboratoire », avec une dent de requin mégalodon de 14 m de long !!! et plein d’autres choses : du bois pétrifié ultra vieux (300 millions d’années) trouvé en Namibie, un coquillage de paper nautilus (tout petit) …

C’était vraiment génial pour les enfants de découvrir un site pareil et de pouvoir toucher, porter pour sentir par exemple la différence entre un os et un os fossilisé, comment la fossilisation se fait etc. Ils ont même pu garder un morceau d’os fossilisé, vestige d’un animal vivant ici il y a 5 millions d’années… on se sent tout petit ! Cerise sur le gâteau, les gens qui ont fait la visite avec nous étaient très agréables et très sympas (contrairement à Robben Island !). Entre les pierres précieuses et les fossiles, le pays est un paradis pour les enfants !!!

Le parc national de la côte ouest

Rempli d’oiseaux, de flamands, de tortues terrestres qui traverse la route sans regarder (les inconscientes !) et d’élands du Cap, ce parc est très sympa mais le must est la plage de Kraalbaai sur la lagune. Il faisait très chaud et l’eau turquoise était juste fraiche comme il faut. Un jour férié, il y avait un peu de monde mais sans plus, nous avons fait du paddle, un braai, bref c’était top, les enfants ont adoré et nous aussi. Bonne journée détente. Bivouac sauvage sur le parking de l’église à Langebaan.

 

Yzerfontein et sa plage de l’atlantique

Un joli coin au nord du Cap, nous y trouverons une belle plage où l’on s’est baigné dans l’eau encore plus froide que  l’eau des pingouins !!! Le courant du Benguala remontant tout droit de l’Antarctique, fait que l’océan atlantique est ici à 13 ° de moyenne, alors qu’ailleurs ici elle est à 20° environ.

Une famille de Wellington en vacances est venue toquer au camion garé sur le parking pour nous faire un coucou, la maman parlait très bien français (son père est français). Ils nous ont proposé de venir chez eux et nous ont offert une saucisse à l’élan et sanglier de la ferme. Pendant la soirée, une voiture s’est garée à coté de nous, avec la musique à fond. Nous nous sommes déplacés à l’autre bout du parking et ça l’a fait.