Simon’s Town, Boulders beach et le Cap de Bonne – Espérance

Nous nous sommes régalés dans ces endroits, la plage de Boulders et ses manchots du Cap (endémiques), le Cap de Bonne Espérance et ses bus de touristes ( !!!). Nous avons baladé de Cape Point (la pointe de la péninsule) et son phare, au cap de bonne espérance, en passant par la plage de Dias. Ce sont des lieux emblématiques et historiques, renvoyant aux grandes découvertes du XVème siècle.

Basé à Simon’s town, nous avons bien apprécié cette petite ville balnéaire, principale base de la marine sud – africaine, super agréable avec des sites de plongée superbes et même la possibilité de nager avec les otaries et certainement aussi les phoques à fourrures du Cap ( malheureusement pas fait). Il y a d’ailleurs pas mal de phoques dans les alentours, et même dans le port de Cape Town.

 

Nous sommes aussi allé nous baigner à Venus Pool, puis nous avons fait un tour sur l’autre côté de la péninsule, vers Kommetjie. Le bivouac près du golf et de Boulders Beach était juste parfait (merci les Droz, de «  la Vie devant, les kilomètres derrière » !!)

Nous avons aussi emmene les enfants a Scratch patch sur les conseils d un local, super chouette.

Le samedi, le jour de l’anniversaire de Noé, nous avons profité un peu de la matinée à la plage, puis nous retournons en ville faire le plein de courses, d’eau et de gaz.En fin de journée, nous allons voir le défilé du Carnaval, un évènement ici. Tout le monde y participe, différentes communautés, les associations, etc., sur le thème de l’océan et de sa protection. Ambiance bon enfant, beaux chars et beaux costumes.

Le lendemain, rencontre avec les autres camions allemands garés autour de nous( parking des bus devant le mall, gratuit), skype et détente à la piscine de Sea Point Pavillon. Nous finirons notre séjour au Cap avec Jenny et Martin, un couple super sympa, rencontré dans la région des vignobles. Nous avons vraiment apprécié la soirée avec eux devant une bonne pinte et chez Tasha’s. Le lendemain matin, nous y retournons pour prendre un smoothie et les serveurs nous abordent pour nous dire qu’ils se souviennent des enfants qui jouaient hier soir. Une d’entre eux leur offre même des bonhommes en pain d’épices. C’est sympa !

Après cela, nous repassons payer le garage et nous prenons de l’essence. Et là comme nous n’avions pas pris d’essence depuis Oudtshoorn, nous en profitons pour demander à remplir nos réservoirs d’eau. La chose fut acceptée avec beaucoup de sympathie. Ce pays est idéal pour les voyageurs !!!

Le jardin botanique de Kirstenbosch

Notre  « programme » un peu chargé nous a mené à Kirstenbosch, un autre site incontournable, magnifique, apaisant. La majeure partie de l’espace protégé est en fait une réserve naturelle, avec la végétation indigène de la montagne de la Table ( dont les autres flancs sont souvent ravagés par les incendies). Chanceux là encore, car le temps s’est dégagé et nous en avons bien profité. Nous serions même bien restés dans les pelouses, à dormir à l’ombre d’un arbre immense. Certains sont pluri – centenaires.

Robben Island et la montagne de la Table

Là on tape dans les grands sites touristiques que l’on pourrait, avec raison, avoir envie de fuir, tellement il y a du monde et pas toujours la crème de la crème !!!!!! Hormis cet aspect des choses, nous avons quand même apprécié de visiter « l’ île aux phoques » tellement ils étaient nombreux à l’époque des premiers colons ; où Mandela est resté emprisonné 18 ans sur 27, mais ce fut fait au pas de course. Tu descends du bateau pour monter dans un bus pour faire le tour de l’île ; Le guide était dans le bus était bien, il nous a expliqué pas mal de choses,  évidemment en anglais donc il fallait traduire pour les enfants et du coup les poufs d’à côté râlaient et soufflaient …. De l’île à 10 km de la ville, la vue sur la baie et la montagne de la table est très chouette. Après un stop de 10 min tu continues et enchaîne par une visite dans les bâtiments avec les explications d’un ex- détenu. Cependant, son accent était trop prononcé pour nous, on a absolument rien compris, et pour finir un flash pour la cellule de Mandela et zou, retour au bateau. Nous avions lu le livre de Mandela « Le long chemin vers la liberté », et vu le musée à l’embarcadère ; du coup nous en savions déjà pas mal sur l’île, nous avons pu donner des informations aux enfants. Du coup, Noé, curieux, posait plein de questions, et Victor avait bien du mal à suivre (c’est compliqué tout ça quand on a 5 ans)

Nous gardons donc un avis très mitigé sur cette visite surtout avec des enfants, je crois que nous sommes tombés sur un groupe pas très tolérant, du coup cela nous a gâché en fait la visite… Pour couronner le tout, le retour en bateau est plus remuant que l’aller… Heureusement, la soirée avec Dominique et Jean – Luc , des français du Cap depuis 8 ans, nous a largement redonné la pêche !!!

La montagne de la table donc, est aussi un incontournable et donc très fréquenté que ce soit par les locaux ou par les touristes. En prenant les billets sur le net sur place, on a évité une queue de 2 heures environ pour le téléphérique. Chanceux, on a attendu une demi-heure et on est monté. Arrivés en haut, on a filé en suivant un sentier pour piqueniquer et partir marcher (et quitter ainsi les hordes amassées à l’arrivée du télécabine en tongs ou talons hauts). Nous avons fait une grande boucle en passant par Maclear Beacon. La montagne est chouette, assez vertigineuse (faire attention quand il y a du vent, surtout qu’ici il souffle par rafales). Il y a des vues panoramiques sur la ville et la péninsule qui sont magnifiques.

Au retour, de nouveau la queue pour redescendre du coup, on est restés un peu, les enfants ont joué avec les damans ( je passe sur le fait que c’est un espace protégé où il est écrit partout qu’il est interdit de laisser des détritus et de nourrir les animaux, et que l’on a vu un gars qui leur donne des chips et laisse le paquet par terre)

 Les nuages ont commencé à monter sur la montagne avant que l’on redescende ; c’était très beau. Nous avons dormi vers le départ du téléphérique avec une magnifique vue sur la ville au pied, et lorsque l’on s’est réveillé, tout était dans la brume.

Le Cap

En demandant à côté de chez Renault trucks, nous avons trouvé un garage parfait pour notre maintenance (vidange etc.) afin d’être paré pour la Namibie et ses grands déserts. Notre arrêt garage a tout de même duré 24h car il fallait changer les freins ! Nous sommes arrivés dans l’aprèm, dormi devant le garage puis repartis le lendemain vers 16h. Super accueil, nous avons même pu prendre une douche dans le garage !!! La zone industrielle autour n’était pas très attrayante, mais nous nous y sommes dégourdis les pattes sous un soleil de plomb. Nous avons aussi fait école un peu plus que d’habitude.

P1060540

S’en ai suivi une semaine de programme chargé pour visiter le Cap, la ville et les alentours. En dormant sur le waterfront ( : front de mer) devant l’ immense centre commercial (mall) Victoria et Albert, nous avons passé deux jours à arpenter la ville, du château de bonne espérance en passant par l’ancien hôtel de ville où Mandela a fait son discours en sortant de prison, avec un arrêt au musée du District Six ; un quartier populaire, mixte, berceau culturel, rasé dans les années 60 pendant l’apartheid. Un village dans la ville où toutes les races vivaient en harmonie… Tout un symbole.

Il faisait chaud, c’était crevant mais les enfants ont tenus le coup !!! Nous avons mangé dans un restaurant indien sur Long Street des portions ultras copieuses. Des gars ont fini ce que nous avons laissé, nous leur avons même proposé, comme ça pas de gaspillage ! Le Cap est une ville occidentalisée, une sorte de mix entre New York et Marseille !!!! C’est aussi une région au carrefour des continents, un lieu qui regroupe des communautés de presque toutes les origines, il y a beaucoup de métissage. Le centre- ville est un peu délaissé comme dans toutes les villes pour la zone commerciale et de loisirs du front de mer et les quartiers périphériques. Le quartier de Bo- kaap, celui des « Malais du Cap », musulmans (des descendants d’esclaves asiatiques), est hyper photogénique et abrite une très ancienne mosquée où les croyants viennent encore nombreux prier, habillés de blanc, en jdellabas.

Hermanus, Betty s bay et les faubourgs chics du Cap

Hermanus est mondialement connue pour l’observation des baleines entre juillet et décembre. Là ce n’était pas la bonne période, mais ça valait la visite car c’est une jolie ville avec un bord de mer aménagé mais agréable. Après la balade sur le front de mer avec pique- nique à côté des dassies (damans des rochers), comme celui que nous avions vu à Meiringspoort ; nous avons fait un petit tour en ville. Les magasins y sont nombreux, on a pu acheter ce dont on avait besoin comme des nouvelles chaussures pour les garçons.

Après le Karoo, le Cap Ouest est une région très peuplée et développé, c’est même l’équivalent de ce que l’on connait en l’Europe.  Nous nous sommes garés pour la nuit sur un grand parking au pied d’une petite montagne en face de l’église hollandaise réformée, qui a une grande influence ici. La chaleur nous a freiné dans notre élan de monter sur cette montagnette….  La suite de la route 44 était très chouette. A Betty’s bay, ancienne station de pêche à la baleine, nous avons été voir les pingouins (Anne Sophie nous l’avait conseillé). C’est une espèce uniquement africaine qui pullulait dans la région avant, et qui est en déclin ainsi que les cormorans. On les appelle Jackass penguins car ils font un boucan d’enfer la nuit, avec leurs cris ressemblant à l’âne qui braie. C’est un excellent spot à pingouins, en arrivant relativement tôt, il n’y avait presque personne puis les gens sont arrivés (normal pour un dimanche).

Nous avons terminé la journée à Stellenbosch, ville / campus universitaire , blanche et fraîche, avec son village museum qui permet de visiter les maisons de différentes époques des colons hollandais des 17 et 18 ème siècle. Le clou a été un groupe de musique sur lequel on est tombé en se promenant qui nous a égayé la fin de journée d’anniversaire de Sam. La musique était très sympa, ça faisait longtemps qu’on avait pas vu de live ! On y a rencontré une professeur de l’université.

Puis Sam a soufflé les bougies dans la soirée sur un magnifique pavlova, une meringue recouverte de chantilly et parsemée de fruits rouges. On a eu du mal à se poser pour dormir, même en demandant à plusieurs personnes leurs suggestions. C’est sur un trottoir près de la bibliothèque de l’université que nous avons dormi pour finir ! Au réveil, un lundi, ça grouillait déjà de monde de partout.

Alors, nous avons roulé direct  à Frankshoek, le coin des français, refuge de Huguenots français au 18ème siècle.  Les deux villes sont typiques de l’architecture coloniale dans un site montagneux très sympa. Frankshoek  est plus campargnarde. Nous avons donc pris notre petit- déjeuner sur une table banc devant l’église. Et là nous sommes tombés sur Sarel, un fermier afrikaan. Après quelques minutes, il nous a carrément proposé de venir dormir chez lui à quelques encablures de là. Il produit des fruits, même pour l’exportation, il se rend notamment souvent en Espagne. Journée passée dans Frankshoek, visite de la chocolaterie et du magasin du potier david walters superbe, petit tour au domaine ultra chic du Mont Rochelle. Puis nous sommes allés nous baignés chez cette famille et nous avons fait un braii tous ensemble le soir autour de la piscine. Et sur leur sollicitation, nous sommes resté une deuxième nuit, tellement nous étions bien dans ce petit coin de paradis avec Runnel, Sarel et leurs deux fils Nico (11 ans )  et Louis (6 ans)…

Le lendemain, nous avons donc fait journée tranquille à la ferme, au bord de la piscine ! Sam est juste allé faire quelques courses pour préparer une bonne marmite pour le repas du soir. Runnel a adoré la marmite avec du poulet grillé après sa journée de boulot ça lui a fait bien plaisir. Sarel était absent pour cause d’étude, il passe un examen de permis bateau. Les enfants ont pu faire plein de trucs qu’ils ne font pas en France : Quad, pistolets à eau et surtout tir à la carabine. Les garçons sont hyper dégourdis, ici ils ont beaucoup de liberté, ils ne sont pas surprotégés. Victor toujours prêt à tout tester était à fond !!!! Ça leur a tellement plu qu’ils en ont oublié qu’ils ne parlent pas l’anglais et ils ont super bien joué les deux soirées. Ce n’est pas les vacances du coup les enfants étaient à l’école en journée. Nous les avons quittés à regret le lendemain !! Direction la ville du Cap mais d’abord une journée garage s’imposait ….

Swellendam et le Bontebok national park

En arrivant à Swellendam, petite ville pas désagréable mais sans rien de spécial si ce n’est qu’elle est très prisée des résidents européens notamment français,

P1060059

on s’est un peu demandé ce que l’on faisait là, du coup on s’est posé piqueniquer, on a pris de l’eau au Spar puis on en a profité pour aller au Bontebok national park, une réserve d’antilope que l’on trouvait auparavant en grand nombre dans la région. On s’est baladé dans cette savane et on a eu de la chance, on a vu plusieurs espèces puis on s’est posé au camping et baigné à la rivière et là c’était top. Nous n’étions pas retourné dans un parc depuis Addo et par là même au camping, il y a plus de deux semaines.

Ça nous donne l’impression d’être à l’hôtel 5 étoiles quand on est dans un camping !!! On avait même l’électricité . Y avait pas grand monde, on avait la place. On a cuisiné avec le four, fait un peu de ménage, pris de bonnes douches…. On a aussi bien profité de la rivière et baladé sur un chemin, l’Aloe Hill Trail en raison des grandes aloes speciosa très nombreuses.

On a fini le lendemain par décoller mais à 16H30, ce qui était tard vu que l’on ne savait pas où dormir … On a roulé pas mal puis on a tenté de demander l’hospitalité dans une ferme le long de la route, et là encore on a été chanceux et touchés par l’hospitalité et la gentillesse des personnes de l’Afrique du Sud. Ici nous sommes dans une province, le Cap Ouest beaucoup plus blanche que celles que nous avons traversé précédemment,  et c’est le père et son fils qui nous ont permis de nous garer dans leur cour devant la maison, et nous ont autorisé à utiliser le poolhouse pour les WC et la douche et un lavabo, bref une vraie salle de bain. Grand luxe !! Ce soir là il faisait frais , et il était déjà presque 19H donc nous n’avons pas pu profiter de la piscine. La maman est venue nous trouver pour parler un peu et nous a expliqué qu’ils étaient invités chez les voisins en ce vendredi soir, next door. Cette expression nous a amusé car les voisins juste à côté ici ce n’est pas la même chose qu’en France vu la taille des propriétés !!!!! Nous l’avons revue le lendemain matin quand avec une grande gentillesse elle nous a amené un plateau petit déjeuner avec saucisses de springbok, œufs au plats, rondelles de figues de Barbarie et toasts beurrés au cheddar râpé. Ils partaient eux aussi de bonne heure à Hermanus comme nous mais pour un motif moins sympa, des funérailles.